2006-09-06

Avortement au Nouveau-Brunswick

L'avortement au Nouveau-Brunswick, en Acadie.

Avec les condoms, les pilules contraceptives et la pilule du lendemain, difficile de comprendre comment on obtient une grossesse involontaire. Mais cela arrive. Que voulez-vous.

Certaines femmes opterons pour l'avortement. C'est pas évident élever un enfant en couple, encore moins seule à 14 ans! L'adoption est certainement une option à considérer. Mais pour les alcooliques et les habituées de la drogue, non, vraiment pas.

Donc pour certaines femmes, dans certaines situations, l'avortement est une option qu'elles peuvent justifier.

De Julie Bélanger, 21 juin, 2006:

"Depuis l'arrivée au pouvoir du conservateur Bernard Lord, il n'y a pas d'avortement au Nouveau-Brunswick dans le système de santé public et l'assurance-maladie ne rembourse pas non plus les avortements. À moins que l'avortement soit jugé médicalement nécessaire par deux spécialistes différents et qu'ainsi il mette en danger la vie de la mère. Dr. Morgentaler a donc ouvert une clinique privée à Fredericton où il en coûte entre 500$ et 700$ pour se faire avorter, en plus des manifestants qui crient des commentaires pas fins du tout aux gens qui entrent et sortent de ladite clinique. Et Morgentaler poursuit aussi le gouvernement du Nouveau-Brunswick, une cause en attente depuis 3 ans ou plus je crois.

Il s'agit là d'une infraction directe à la loi canadienne sur la santé qui prévoit que les femmes, de partout au Canada, doivent avoir accès à l'avortement.

Jusqu'à maintenant, le seul endroit pour subir un avortement jugé médicalement nécessaire par 2 spécialistes était à l'hôpital Dr. Everett Chalmers de Fredericton mais voilà, les médecins dudit hospital ont jugé qu'ils étaient trop occupés et n'avaient pas le temps de pratiquer des avortements.

Afin de ne pas se faire couper les vivres du fédéral (Allan Rock, lorsqu'il était ministre de la santé avait menacé de retenir les paiements de transferts au Nouveau-Brunswick tant que les femmes n'auraient pas accès la des avortements), la province à trouvé un autre hôpital où pratiquer ses avortements jugés médicalement nécessaires : l'hôpital Dr. Georges-L.-Dumont à Moncton. L'hôpital français comme on dit.

Mais il ne s'agit là encore que des avortements jugés médicalement nécessaires par deux spécialistes. Ce n'est pas ce que garantie la loi canadienne sur la santé. "


500$ plus les frais de transport. Fredericton n'est pas à la porte pour bien des Acadiens. Donc les riches font avorter leurs adolescentes, pis les pauvres, non.

Imaginez une jeune fille qui se fait violer, qui par ignorance rate l'occasion de se procurer la pilule du lendemain. On lui fait subir tout un calvaire si elle ne veut pas de l'enfant en elle. Surtout si elle habite à Edmundston ou Bathurst.

Se faire examiner par 2 spécialistes pour prouver qu'il est médicalement nécessaire!

Acadiens et Acadiennes du Nouveau-Brunswick, le 18 septembre, votons Libéral, NPD, Parti Vert, votez pour le Core même si ça vous tente, mais oublions les Conservateurs.

1 comment:

Anonymous said...

L'avortement c'est tuer un enfant! Ce n'est pas anodin! Pourquoi mes taxes doivent payer pour ça, la grossesse indésirable n est pas une maladie mentale comme les féministes le prétendent!
Je suis contre toutes formes de mise à mort de l'enfant à naitre et même en cas de viol!

Labels

Canada (204) Internet (124) TV (104) iPhone (103) World (99) Liberal Party (65) New Brunswick (44) OUI (43) Ipod touch (33) Media (33) haha (29) Bus (26) Environment (16) StreetView (16) La politique (15) Twitter (15) Travel (12) wmtc (12) Books (11) iPad (11) Gadgets (10) Cancer (7) Monde (6) tetesaclaques (6) HOC (5) Shoshana (4) Games (2) Index (1) tac (1)

Twitter Updates

Places to See